Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Un petit tour en littérature : Madame BOVARY

Blog de carlitablog :Tendance et Rêverie, Un petit tour en littérature : Madame BOVARY

 

Une promenade à travers les livres, voici ce que va proposer cette nouvelle rubrique. De l'enchantement, du rêve, de l'histoire. Une autre façon de voir le monde à travers son passé, sa folie, son génie. Ce dernier qualificatif n'étant pas usurpé quand on aborde notre homme du jour.

155 ans se sont écoulés depuis la naissance de ce chef d'œuvre et toujours pas une ride. Une fraîcheur et une modernité toujours à la pointe du combat. Une intrigue fatiguante, des digressions abondantes et si généreuses.  Le tout écrit dans un style délicieux qui mélange une fragilité qui se combine avec grâce à la force de l'histoire.

Le sujet de l'histoire est un banal adultère mais porté au firmament par l'éclatant génie de Gustav, il transforme ce réel en poésie, en acte sordide, où se combine mélancolie, gaieté et jouissance.

Les émotions se déchainent et la confusion des sentiments éclate aux grands jours.

Emma Bovary est une héroïne sublime et divine, splendide, d'une grâce éternelle, elle souffre d'être en prison dans son mariage qualifié de doré. Elle s'ennuie à mourir, se languit de ses émotions les plus folles et variées et pour tout oublier se plonge dans les romans qu'elle dévore encore et encore.

Mais la spirale est si infernale, que sa vie, son mari ne lui suffisent plus, c'est donc logiquement qu'elle prend un amant, puis un autre, plongeant dans un tourbillon qui de toute façon ne va pas la contenter tant tout était illusion. Direction shopping alors pour combler un vide de plus en plus grand et béant.

Mais l'histoire est la même, cela ne comble pas non plus son besoin de consolation, rongée par la ruine et le désespoir, elle finit par mettre fin à ses jours malheureux.

Et c'est tout cette histoire que Flaubert nous raconte brillamment, sans jamais tomber dans aucune compassion ou sentimentalisme de trop. Il ne pénètre pas non plus dans son bonheur, ni son désespoir pour en faire des actes d'un quelconque héroïsme.

Le narrateur se veut neutre mais néanmoins sympathique, gardant une dérision distante, tout en évitant le jugement. Flaubert a le génie du détail. L'histoire est dense pour son héroïne, pour son roman et surtout pour son écriture.

 

A lire et relire tant la modernité n'a jamais été aussi bien exprimée dans la littérature que dans ce roman.



02/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres