Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Lettres de Belgique à sa mère ; pauvre Belgique de Charles BAUDELAIRE

Blog de carlitablog :Tendance et Rêverie, Lettres de Belgique à sa mère ; pauvre Belgique de Charles BAUDELAIRE

 

Le 24 avril 1864, comme si Paris lui était devenu odieux au point dernier, Charles Baudelaire, criblé de dettes, part pour la Belgique. Retranché dans un hôtel minable de Bruxelles, il doit entreprendre une tournée de conférences où ses talents de critique d'art éclairé ne déplaceront guère les foules. Rongé de misère, de maux psychiques et physiques, commence une descente aux enfers que Baudelaire semble accueillir comme un observateur condamné. C'est au cours de cette dernière période de sa vie qu'il adresse à sa ... V mère des lettres aussi terribles qu'admirables. Néanmoins, c'est à Bruxelles qu'il prépare un pamphlet contre son éphémère pays d'accueil, qui figure, à ses yeux, une caricature de la France bourgeoise. Le féroce Pauvre Belgique restera inachevé. Pressentant la mort inéluctable de ce royaume artificiel, il résume son épitaphe en un mot : Enfin !

 

Que c'est beau cette correspondance d'un fils envers à sa mère, sans effort de style, dans un style brut le plus émouvant.  Dans un état ruiné et à la santé dégradé, il se livre comme jamais, une sorte d'appel du désespoir.  Il doit venir de Belgique voir sa mère à Paris mais, et même s'il en crève d'envie, il ne voudra le faire que dignement. Refusant l'aide de sa mère dans un élan de dignité qu'il est inutile de juger.

Il joue avec sa mère c'est une évidence.

 

Une façon de révéler un complexe œdipien non résolu ?

Et c'est à travers cette dernière supposition qu'il sera intéressant d'analyser la vie et l'œuvre de notre génie de la poésie.



01/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres