Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Lettre de Sarah Bernhardt à Jean Mounet-Sully

Sarahberhnardt

Dimanche matin 27 juillet 1873

Oui, Jean, oui tu as été brutal, injuste et tu as dépassé la mesure.

J'ai senti que ton despotisme tuait à jamais mes rêves d'avenir, car j'en faisais aussi. La confiance renaît avec l'amour et, quelques mensonges que je t'ai faits (mensonges qui prouvaient ma tendresse), tu ne devais m'accuser. J'ai dit la vérité, Jean, depuis un mois je me suis heurtée quantité de fois à cette indomptable jalousie qui te fait marcher sur les lois de la bienséance à tout propos et en quelqu'endroit [sic] que nous soyons.

Tu m'as fait souffrir cette nuit de toutes les angoisses du regret, j'ai pleuré de douleur vraie en voyant s'écrouler sous ta main brutale les rêves caressés par mon cœur, les chers projets d'avenir que je formais.

Lors de mes dernières scènes, il me semblait bien que tu ébranlais fortement mes châteaux mais ils se trouvaient encore debout, étayés par ma tendresse - c'est fini.

Jean, ils se sont écroulés cette nuit, et les décombres noyés dans mes larmes. Qu'ils dorment, ces chers rêves, je ne les veux point éveillés. […]

Non, Jean, je ne t'ai pas menti - il y a deux jours, mon cœur retrouvait dans le tien l'écho de la petite douleur que je venais d'éprouver - mon regard rencontrant ton bon regard tout lumineux  de larmes, je me suis sentie émue et je t'ai aimé.

Je ne veux pas te faire plus de chagrin qu'il n'est nécessaire, mais j'ai le cœur bien froissé, vois-tu. Je ne sais si je pourrai guérir - tu as avili ma dignité de femme à chaque instant , alors qu'ayant éloigné de moi les amis qui m'entouraient, pour me dévêtir, tu t'es imposé quand même entrant dans ma loge alors que mes amis attendaient à ma porte. Tu leur disais ainsi, mais je la connais c'est [ma] maîtresse, je la vois nue ainsi chaque jour. Tu n'as pas compris, mon pauvre Jean, que l'amour se donne mais ne veut pas qu'on le prenne. J'ai dû subir tes violences sans causer de scandale ; enfin tu m'as torturée avec les armes que je t'avais mises en main ; ma tendresse, mon amour pour toi t'ont servi d'étendard.

Ah ! tu m'as fait bien du mal, Jean, je te le pardonne puisque tel semble être ton désir. Mais chez moi pardon n'est pas l'oubli. Laisse donc à mon cœur le temps de penser [?] qu'il oublie et nous verrons après ce que nous pourrons faire des bribes de notre mutuel amour. N'aie pas de chagrin, mon Jean, l'art va de nouveau nous réunir peu de jours. Nous laisserons nos cœurs juges de la situation, ne forçons pas notre tendresse. Au revoir, Jean, je t'abandonne ma tête que tu as si lâchement meurtrie. Puissent tes baisers raviver l'amour sur mes lèvres. J'en doute.

Sarah Bernhardt

 

 



20/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 206 autres membres