Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

La Bibliothèque idéale : Orgueil et préjugés (Pride and prejudice) de Jane AUSTEN

La-Bibliotheque-ideale-Orgueil-et-prejuges-Pride-and-prejudice-de-Jane-AUSTEN.jpg

Pour constituer cette bibliothèque idéale, mes goûts me servent mais il est logique que je prenne des conseils à droite et à gauche, c'est ainsi que pour notre ouvrage du jour COBATA, auréolée de son immense amour de la grande littérature, m'a défiée de lire ce livre et d'en faire un commentaire afin de l'intégrer à la liste de ce qui se fait de mieux dans l'histoire de la littérature.

 

 

Orgueil et préjugés (3 tomes et 60 chapitres) a été édité en 1813 et il n’était à l’époque que le second roman publié par Jane AUSTEN de son vivant. Elle en publiera 4 au total. Cette œuvre est sans aucune contestation possible l’un des ouvrages les plus populaires de la littérature anglaise et au regard de sa grande qualité, ce statut n’est que justifié.

Contenant des personnages divinement présentés et une atmosphère angoissante, le roman raconte l’histoire de la famille BENNETT qui comprend une mère analphabète, un père aux abonnés absents et cinq filles aussi différentes les unes que les autres. Evidemment avec un tel bagage, MR BENNETT n’a que le rêve de caser au plus vite ses progénitures.

L’action se déroule en plein milieu de la campagne anglaise du XIXe siècle et c’est ELIZABETH qui a le rôle principal. C’est la seconde fille de la famille, elle entretient une relation tumultueuse avec Mr DARCY, jeune aussi beau et riche qu’il est arrogant. C’est d’ailleurs cette arrogance qui est le fil conducteur des rapports entre nos deux « amoureux ». Lors de leur première rencontre, DARCY tomba en effet amoureux d’elle mais l’effet était loin d’être réciproque. Le point culminant étant dans la scène de la laborieuse demande en mariage qui essuya un refus sec de la part de la demoiselle. Mais comme tout n’est pas que sombre dans la vie et que la cohabitation était inévitable, chacun mis un peu dans son vin et remballa rancœurs, orgueils et préjugés.

L’atmosphère qui est décrit est bien évidemment celui dans lequel Jane AUSTEN baigne, l’argent et le mariage étant les cibles les plus visées. La précision avec laquelle tout ceci est décrit est d’une précision effroyable. Le fait d’avoir placé au centre de cette histoire, une telle femme qu’Elizabeth, est une vraie ingéniosité. La très grande perception critique et la fine lucidité de l’héroïne de cette histoire sont une construction admirable.

Le lecteur est littéralement captivé par le personnage et ne lui souhaite que le meilleur. Ce personnage étant d’ailleurs l’ingrédient principal du succès de ce roman drôle et romanesque.

Un roman solide et intéressant même s’il est très étrange d’observer l’absence de contexte historique tout au long du roman. Comme si l’ensemble des personnages était imperméable au moindre environnement.

Pas un chef d’œuvre mais pas loin non plus.



20/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 210 autres membres