Cinéma : L'homme irrationnel - Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Cinéma : L'homme irrationnel

 

Synopsis :

Professeur de philosophie, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Il a le sentiment que quoi qu’il ait entrepris - militantisme politique ou enseignement - n’a servi à rien.Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame deux liaisons. D’abord, avec Rita Richards, collègue en manque de compagnie qui compte sur lui pour lui faire oublier son mariage désastreux. Ensuite, avec Jill Pollard, sa meilleure étudiante, qui devient aussi sa meilleure amie. Si Jill est amoureuse de son petit copain Roy, elle trouve irrésistibles le tempérament torturé et fantasque d’Abe, comme son passé exotique. Et tandis que les troubles psychologiques de ce dernier s’intensifient, Jill est de plus en plus fascinée par lui. Mais quand elle commence à lui témoigner ses sentiments, il la rejette. C’est alors que le hasard le plus total bouscule le destin de nos personnages dès lors qu’Abe et Jill surprennent la conversation d’un étranger et s’y intéressent tout particulièrement. Après avoir pris une décision cruciale, Abe est de nouveau à même de jouir pleinement

Le nouveau cru annuel de Woody ALLEN a débarqué sur les écrans et comme d’habitude il m’a beaucoup plus même si c’est encore une fois avec quelques réserves.

L’histoire est vraiment pas mal car elle mélange une fois de plus des sentiments contrastés, l’humour, la peur, la douceur, la délicatesse, la perfidie, la folie et j’en passe et même si tout ne s’assemble pas parfaitement, l’ensemble est assez savoureux dans sa façon à être appréciée par le public que je fus. Et pour en avoir discuté avec autrui, ce sentiment est assez partagé.

Il faut dire que les ingrédients de grande qualité peuplent cette œuvre, une écriture fine et inventive du scénario, une certaine prise de risque dans le choix de la mise en scène, l’apport d’une part de folie pousse ce film dans des retranchements osés et le saupoudrage d’une certaine dose de spiritualité donne une douceur non négligeable à l’ensemble. Les dialogues sont aussi une source de plaisir tant ils tentent de perdre le spectateur dans des dédales inquiétantes.

Il faut dire que les acteurs incarnés et incarnant sont succulents et notamment par un Joaquim PHOENIX en pleine possession de ses moyens et de son habitation cosmique. Emma STONE est aussi sublime et précise dans sa façon de lui donner la réplique.

Alors oui le film est un peu trop épuré d’une prise de risque nécessaire, oui tout se déroule à peu près comme on sent que cela va se passer, même si en s’approchant de la fin, l’on espérait que le mal triomphe pour une fois.

Un bon Woody ALLEN, même si je suis obligé d’avouer que notre génial réalisateur a été plutôt feignant sur ce coup car son talent est quand même capable de produire une plus grande immensité cinématographique.

3.6/5

 

 



28/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 207 autres membres