Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Superparfumeur n'aime pas les sous

Rien n'est plus beau que la parfumerie 100% synthétique. Rien n'est plus respectable, rien n'est plus impressionnant que de tout inventer de A à Z.

Encore faut-il que l'illusion soit parfaite.

BLV II de Bulgari intègre mal ses ingrédients de synthèse. Dès l'ouverture, cette violette métallique a l'air suspecte. Son évolution [couplée à une note anisée] est contre-productive, très vite BLV II ressemble même à un masculin. Le fond s'améliore sensiblement avec un iris musqué, dont la froideur aurait mérité un benjoin plus convaincant et un patchouli plus vigoureux. L'ensemble reste ainsi figé et beaucoup trop hygiénique.

Bulgari semble avoir confié sa direction artistique a des traders.

☆ ☆ ☆ ☆ ☆



16/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres