Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Philosophie : La matière peut-elle penser?

Philosophie-La-matiere-peut-elle-penser.jpg

Un rocher, une méduse ou un violoniste sont tous les trois faits d'atomes, uniquement d'atomes. Mais ils représentent trois états de matière très différents. L'un est, l'autre vit, le troisième pense.

Faut-il en déduire qu'il existe trois mondes : la matière, la vie et la pensée?

 

 

Descartes par exemple, il est le théoricien de ce dualisme. L'âme et le corps sont deux substances différentes. Seul l'homme est doté d'une âme (res cognitans = chose pensante) distincte du corps, fait de matière (res extensa = chose étendue). Mais comme l'âme et le corps interagissent-ils? L’un sur l'autre par l'intermédiaire de la glande pinéale, située au cœur du cerveau.

 

Comment la pensée agit-elle sur le corps? Spinoza résout le casse tête sur lequel achoppe la théorie dualiste en refusant de penser le rapport entre le corps et l'esprit en termes d'interaction.

Il propose une théorie moniste : l'esprit et le corps ne peuvent pas agir l'un sur l'autre car ils sont une seule et même chose conçue de deux façons différentes. Une thèse qui intéresse aujourd'hui beaucoup les neuropsychologues.

 

Dans L'homme-machine, Julien Offray de la Mettrie propose une vision de l'homme radicalement matérialiste. Ce que l'on nomme l'esprit n'est rien d'autre que le produit de l'activité du cerveau, qui est un automate, bien que très sophistiqué. D'où cette formule volontairement provocante : "Le cerveau secrète la pensée comme le foie secrète la bile."

A l'inverse de Descartes donc, La Mettrie rejette tout dualisme et prône un monisme matérialiste, qui lui permet d'expédier au passage Dieu et les saints, en bon athée et anticlérical qu'il était.

 

 

Le philosophe britannique, Gilbert Ryle, quant à lui dans son "Concept d'esprit", critique la conception cartésienne de l'esprit qu'il qualifie de "fantôme dans la machine". Il refuse le dualisme de l'esprit et du corps qui correspond selon lui à "une erreur de catégorie". Les états mentaux ne sont pas plus séparés du corps que ne le sont l'université d'Oxford et les bâtiments qu'elle regroupe.

Ryle refuse en particulier de penser que les actes volontaires sont causés par des événements mentaux.

 

Chacun dans son style apporte sa réponse et croit détenir la "bonne".

 

 

Une seule chose à faire pour savoir, en me brossant les dents je vais questionner ma brosse et si la matière pense elle va bien me répondre.

 

En attendant douce nuit à vous et réponse définitive demain matin.



14/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 203 autres membres