Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Lettre de Lewis Carroll à Alice Hargreaves

Capture d’écran 2015-11-10 à 12.56.52 

01 mars 1885

 

Ma chère Madame Hargreaves.

Après tant d’années de silence, ceci vous parviendra, je l’imagine, presque comme une voix d’entre les morts, et pourtant, ces années n’ont fait aucune différence perceptible dans la clarté des souvenirs que j’ai de l’époque où nous avons bel et bien entretenu une correspondance. Je commence à sentir ce qu’est la mémoire défaillante d’un vieil homme touchant les événements récents et les nouveaux amis (par exemple, je me suis lié d’amitié, il y a quelques semaines à peine, avec une très jolie petite fille d’environ douze ans, et nous nous sommes promenés ensemble, mais à présent je ne me souviens ni de son prénom, ni de son nom !), mais il y a en moi une image mentale aussi vive que jamais de mon amie-enfant idéale. J’ai eu des dizaines d’amis-enfants depuis votre époque, mais ce furent des histoires tout à fait différentes. Cependant, je n’ai pas entrepris cette lettre pour vous dire tout cela. La demande que je veux vous faire est celle-ci : auriez-vous une objection à ce que le manuscrit original d’Alice au pays des merveilles (qui se trouve encore, je suppose, en votre possession) soit publié en fac-similé ?

L’idée de cette publication m’est venue seulement l’autre jour. Si, après réflexion, vous arrivez à la conclusion que vous préférez que cela ne soit pas fait, la question sera close. Si, cependant, vous donnez une réponse favorable, je vous serais très obligé de bien vouloir me le prêter (un envoi recommandé serait, je pense, le moyen le plus sûr) que je puisse considérer ce qui est possible. Je ne l’ai pas vu depuis une vingtaine d’années, de sorte que je ne suis pas du tout certain que les illustrations ne se révéleront pas si horriblement mauvaises qu’il serait absurde de les reproduire.

Il ne fait aucun doute qu’avec cette publication, je devrai assumer l’accusation d’un grossier égotisme. Mais je ne m’en soucie pas le moins du monde, car je sais que ce motif m’est étranger. Je pense seulement, compte tenu de l’extraordinaire popularité des livres (ils se sont vendus à plus de 120 000 à eux deux), qu’il doit y avoir beaucoup de lecteurs qui aimeraient en voir la forme originale.

Votre ami de toujours,

 



10/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 203 autres membres