Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

L'objectivité

L-objectivite.jpg

Caractérise ce qui existe indépendamment de l'esprit humain, par opposition à ce qui est subjectif (ce qui est irréel, illusoire).

En ce sens, le monde intelligible est objectif pour Platon, contrairement au monde sensible.

Ce qui correspond à la réalité et constitue le fondement même de l'accord des esprits, par opposition à ce qui chez tel ou tel, n'est qu'une représentation contingente ou passagère.

D'un point de vue épistémologique, ce terme équivaut au caractère de la démarche scientifique en tant que :

  • - Elle tend à s'affranchir de la sensibilité subjective en construisant méthodiquement son objet à partir de l'observation et de l'expérimentation.
  • - Elle vise l'adhésion de tous les savants, puis, en droit au moins, l'assentiment de tous les hommes.

 

Kant ne considère pas l'objectivité comme le caractère de ce qui existe en soi, indépendamment de mon esprit et de tout esprit : ce qui n'est pour personne inconnaissable, et l'on ne peut rien dire, en tous cas rien de certain. Ce n'est pas non plus le caractère de représentations susceptibles de susciter un quelconque consensus : après tout, on peut bien délirer ou rêver en commun. L'objectivité est plus précisément une représentation correcte de la réalité, ou encore la réalité telle qu'on a raison de se la représenter. Elle est ce qui fonde et rend possible un accord universel des esprits que l'on ne peut que postuler et non réaliser.



30/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres