Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Epithalame

Epithalame.jpg

Dans la Grèce antique, cette notion est un chant nuptial accompagnant les festivités du mariage, que l'on chante tout le long du parcours conduisant les époux vers la maison du mari.  Puis le mot a migré vers une autre signification, pour désigner un genre poétique de circonstance, sous la forme d'un poème composé spécialement en l'honneur des mariés.

En littérature, le genre a connu un grand succès pendant l'Antiquité. On retiendra les poèmes grecs : l'Epithalame de Thétis et de Pélée d'Hésiode et l'Epithalame de Ménélas et d'Hélène de Théocrite, ainsi que celui d'un poète latin : l'Epithalame de Julie et Menlius de Catulle.

Les poètes de la Renaissance, soucieux de faire revivre les genres poétiques de l'Antiquité, ont remis en honneur l'épithalame. Maos le genre, resté mineur, n'a pas donné de chefs d'œuvre notables et a quasiment quitté la scène.

On peut aussi considérer comme des épithalames le psaume XLIV de David, dans la Bible, ainsi que le Cantique des cantiques.



28/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres