Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Cinéma : The CIRCLE

 

 

 

Synopsis :

Les Etats-Unis, dans un futur proche. Mae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias sociaux le plus puissant au monde. Pour elle, c'est une opportunité en or ! Tandis qu'elle prend de plus en plus de responsabilités, le fondateur de l'entreprise, Eamon Bailey, l'encourage à participer à une expérience révolutionnaire qui bouscule les limites de la vie privée, de l'éthique et des libertés individuelles. Désormais, les choix que fait Mae dans le cadre de cette expérience impactent l'avenir de ses amis, de ses proches et de l'humanité tout entière…

 

 

 

 

Allez hop c'est les vacances et sa brouette de films encore plus feignants que d'habitude. La recette est toute simple : un thème à la mode, un scénario minimaliste écrit automatiquement, une prise de risque réduite à zéro, deux trois effets trafiqués qui vont plaire à un public déjà conquis et surtout pas d'objets menant à la réflexion czr en terme normal cela fatigue mais que dire en temps de congés. 

 

Alors pour la parfaite exécution de de plan THE CIRCLE est un film réussi. 

 

Mais pour le reste ce n'est pas vraiment le cas. Il y a quand même encore des gens qui aiment le cinéma dans la façon qu'il a d'apporter un supplément d'âme entre le début de la séance et sa fin. 

 

Et la de cette rêverie que nenni, non que dalle.

Le traitement sulfaté imposé et infligé au sujet bateau de cette œuvre, celui du danger du virtuel des réseaux sociaux qui menace la vie privée de chacun, BIG BROTHER le maléfique rodant pour tout dévorer, est à oublier assez vite. 

 

Du cinéma jetable, du cinéma feignant, du cinéma scolaire mal fichu, du cinéma jetable qui gratte plus que le sable, du cinéma dispensable quoi. 

 

Du scolaire qui enfonce des portes ouvertes qui tombe assez bien puisqu'il n'infligera pas trop de peine aux 4/5 spectateurs qu'il aura, été obligé et rien que pour cela, ce film méritera pas l'échafaud. 

 

Biz à EMMA, qui elle aussi, a bien œuvrer dans l'accomplissement de son cahier de vacances. 

 

Un film chiant a défaut du pamphlet qu'un tel sujet aurait mérité 

 

Après c'est certain quand on a pas de talent, il ne vaut mieux pas essayer. 

 

2/5. 

 



25/07/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres