Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Cinéma : L'idéal

 

Frédéric BEIGBEIDER transporte son illustre héros, Octave PARANGO, dans les fins fonds de la Russie afin de le rendre magnifique et looser et le moins que l’on puisse dire, c’est que la perte est au-delà de cette simple escapade.

Alors oui notre écrivain national montre un savoir-faire de plus en plus important dans la réalisation. Oui c’est subversif dans un équilibre parfait. Il est clair que l’humour permanent qui se ballade tout au long du film est très plaisant lors de son envahissement dans nos têtes.

Mais non pour le reste car tout est trop facile. Tout est trop faux, tout est trop orienté vers le nauséabond léger, tout n’est pas que crédible, tout est plus un clip qu’un film.

Les acteurs sans être nuls sont quand même dans une prestance minimale.

Sans vraiment d’intérêt profond, il peut être un bel exercice pour étudier comment bien faire certaines choses et comment en éviter certaines autres.

Un film vraiment moyen malgré quelques qualités évidentes.

On peut zapper au-delà des 5 premières minutes de fréquentations.

2/5

 



27/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 203 autres membres