Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Cinéma : Irréprochable

 

Synopsis :

Sans emploi depuis un an, Constance revient dans sa ville natale quand elle apprend qu’un poste se libère dans l’agence immobilière où elle a démarré sa carrière, mais son ancien patron lui préfère une autre candidate plus jeune. Constance est alors prête à tout pour récupérer la place qu’elle estime être la sienne.

La force, absolument cosmique, de ce film est la divine et superbe prestation de Marina FOIS. Portée par une incandescente grâce, elle navigue à l’intérieur de cette histoire comme la plus délicate déesse qui aurait décidée de sublimer le monde un peu trop moche à son gout.

Cette femme qu’elle incarne provoque chez le spectateur des sentiments très forts et ce du côté des 2 pôles sur l’échelle du ressentiment.

Autant effrayé que touché profondément, le spectateur navigue sur un océan en plein chamboulement. L’on habite ce film tout en son long et on se prend même à regretter que tout cela n’ait pas été un chouia plus long.

L’équilibre de ce film est si parfait, que l’on est littéralement scotché sur son fauteuil de la première seconde à la dernière sans jamais avoir décroché à aucun moment. Les rebondissements sont nombreux et subtils. L’atmosphère d’un rendu exquis, une actrice qui va avoir son César, un scénario complexe et très utile, une écriture rare et bien d’autres qualités percutantes.

Un film divin, une fulgurance organique, un moment de grâce pour un film qui va compter cette année et même plus longtemps.

Une urgence, un miracle, une beauté incarnée, un bout de beau, une obligation sensorielle et un firmament extatique.

Obligé de s’y rendre sinon il faudra en rendre grâce à qui de droit.

Un bout de la beauté du monde qui mérite d’être vu et partagé.

Et ceci en dépit de son côté un peu trop organisé.

4.1/5.



21/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres