Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Cinéma : Elle l'adore

 

Synopsis :

Muriel est esthéticienne. Elle est bavarde, un peu menteuse, elle aime raconter des histoires souvent farfelues. Depuis 20 ans, Muriel est aussi la première fan du chanteur à succès Vincent Lacroix. Avec ses chansons et ses concerts, il occupe presque toute sa vie.

Lorsqu'une nuit Vincent, son idole, sonne à la porte de Muriel, sa vie bascule. Elle est entrainée dans une histoire qu’elle n’aurait pas osé inventer.

 

Jeanne HENRY offre ici un film hybride, entre thriller et pure comédie, qui est l’une des plus belles sorties de la semaine. Il faut dire que le face à face, entre une vedette de la chanson, magistralement incarnée par un Laurent LAFFITE au sommet, et sa groupie la plus fidèle, habitée par une Sandrine KIBERLAIN toujours aussi sublime et espiègle, tient le spectateur en haleine tout au long de cette aventure.

Il faut dire que l’originalité et la constance du scénario ont été  des aides précieuses pour que ces talents s’expriment au mieux.

L’apport d’une certaine drôlerie à l’ensemble lui donne encore plus de saveur et le rend plus indispensable qu’il ne l’était déjà. Les dialogues sont aussi d’une cohérence certaine et ceci aide à embarquer le spectateur sans lui faire lâcher prise du début à la fin, et ceci sans aucune interruption. L’écriture est vraiment la résultante d’un très bon travail que le spectateur est obligé d’admirer. La mise en scène est aussi quelque chose qui est à classer dans la catégorie du remarquable.

La sensibilité de l’ensemble m’a ému et c’est pour moi la plus grande de cette œuvre.

 

Alors oui le fil rouge, qu’est l’amour contrarié entre le flic et la policière nymphomane, est un peu trop décalé pour ma part, mais c’est un petit défaut et ce n’est que mon avis tant cette pause plaira à beaucoup.

L’originalité n’est pas non plus un truc qui est évident ici et cette petite prise de non-risque est toujours quelque chose de dommageable quand il y a un talent évident à la baguette. Les personnages secondaires sont aussi une véritable faiblesse, car apportant si peu pour beaucoup.

Mais le point le plus gênant est assurément que notre réalisatrice du jour n’a fait qu’effleurer la partie la plus noire chez nos deux personnages. Il y avait clairement matière à faire surtout avec une telle mécanique. Et là le dommage est grand.

Un premier film percutant qui offre de si belles promesses, que j’ai hâte de voir, quelle seconde réalisation va nous offrir cette petite, spirale vertueuse de la rencontre de ses illustres parents, le délicieux Julien CLERC et la divine MIOU-MIOU.

À voir sans la moindre inquiétude et pour votre plus grand bonheur interne.

3.8/5.



29/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres