Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Cinéma : DALIDA

 

Synopsis :

De sa naissance au Caire en 1933 à son premier Olympia en 1956, de son mariage avec Lucien Morisse, patron de la jeune radio Europe n°1, aux soirées disco, de ses voyages initiatiques en Inde au succès mondial de Gigi l’Amoroso en 1974, le film Dalida est le portrait intime d’une femme absolue, complexe et solaire... Une femme moderne à une époque qui l’était moins ... Malgré son suicide en 1987, Dalida continue de rayonner de sa présence éternelle.

 

Un biopic sur DALIDA, ne pouvait nullement me laisser insensible surtout organisé de cette façon-là.

Une incarnation inconnue, un casting dense et solide, une réalisatrice douce et charmante et garante d’une écriture soignée et quelques autres qualités assez évidentes. Et avouons-le de suite, les promesses du papier ont été tenues honnêtement pour la grande majorité.

Alors oui la prestation de Svera ALVITI, dans le rôle-titre, est pour beaucoup dans la réussite de ce film mais il y a tant d’autres choses de qualité.

On aime être ému de la sorte, on adore être percuté dans l’ensemble de ses sens, on aime chantonner ses chansons désirables, on aime tout l’enivrement qui nous gagne tout au long de cette jolie histoire.

Alors oui c’est conventionnel et un peu ennuyeux parfois mais c’est aussi à voir.

 

Lisa AZUELOS propose une œuvre dense et intéressante, qui ne va certes pas révolutionner le cinéma, mais qui le respecte grandement et qui rend hommage à une artiste adorée de tous et rien que se suffisant-là mérite des grands applaudissements.

 

4/5



11/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 204 autres membres