Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Arts


Gustav Klimt. Tout l'œuvre peint

Blog de carlitablog :Tendance et Rêverie, Gustav Klimt. Tout l'œuvre peint

En cette période de Noël approchant voici un ouvrage qui va pouvoir se poser sous le pied de beaucoup de sapins. L’objet majestueux dont il est question maintenant est un monumental recueil qui se propose de faire une revisite complète de l'œuvre et de la carrière de Klimt sous l'œil de ses contemporains. Les éditions TASCHEN n’ont pas lésinées sur les moyens pour proposer un ouvrage qui va devenir référence et pour longtemps. Impressionnant autant pour sa qualité, que sa quantité, cet ensemble de 626 pages contient absolument tout ce qu’un fan digne de ce nom de KLIMT (1862-1918) doit savoir. Evidemment que se trouve à l’intérieur tous les classiques du maître : Le fameux Baiser, la sublime Danaé, le divin portrait d’Adele BLOCH-BAUER et absolument tous les autres. Mais en plus de ça, ce livre contient ses peintures plus secrètes : les paysages qu’il a peint, l’ensemble de son art graphique qu’il affectionnait tant de réaliser, ses correspondances, des photographies inédites…

Découpé en huit chapitres, ce livre raconte aussi l’homme que KLIMT a été. Ses faiblesses, ses combats notamment contre la censure, ses blessures, ses fulgurances, ses folies, sa générosité et aussi son audace.

Une partie dévoile aussi, les écrits que KLIMT a réalisé. Cette partie permettant de comprendre un peu mieux le contexte d’une époque, comment il envisageait et réalisait son travail, comment il vivait sa condition d’artiste et quelques autres aspects assez secrets que vous découvrirez à la lecture de cet indispensable ouvrage.

 

 

Le livre en quelques mots:

  • un catalogue complet des toiles connues de Klimt
  • la correspondance exhaustive du peintre
  • de nouvelles photographies de la Frise Stoclet commandées spécialement pour cet ouvrage

Auteurs collaborateurs: Evelyn Benesch, Marian Bisanz-Prakken, Rainald Franz, Anette Freytag, Christoph Grunenberg, Hansjörg Krug, Susanna Partsch, Angelina Pötschner et Michaela Reichel

À propos de l'éditeur et l'auteur : Tobias G. Natter a étudié l’histoire de l’art et l’histoire dans les universités d’Innsbruck, Munich et Vienne. Il a travaillé à la galerie autrichienne Belvédère à Vienne pendant quinze ans. De 2001 à 2002, il a été curateur de la Neue Galerie à New York. De 2006 à 2011, il a dirigé le Vorarlberg Museum de Bregenz où il s’est vu chargé des nouveaux bâtiments et de la réorganisation des collections. Depuis octobre 2011, il est directeur du Musée Leopold de Vienne. Ses très nombreuses publications et le fait qu’il ait conçu et organisé des expositions consacrées à la «Vienne 1900» lui ont permis de devenir un expert mondialement reconnu de l’art viennois au tournant du XXe siècle.


12/12/2015
0 Poster un commentaire

Rachel-Monique de Sophie CALLE

Blog de carlitablog :Tendance et Rêverie, Rachel-Monique de Sophie CALLE

Sophie CALLE est l’une de mes idoles dans le domaine de l’art contemporain et pourtant paradoxalement je ne lui reconnais pas un talent immense sauf celui d’être un escroc de haute volée.

Sophie CALLE manie parfaitement l’art de faire combiner sa vie avec son œuvre et c’est cette fulgurance là qui plait probablement le plus au public. Car la vérité notre dame n’a pas une écriture à faire trembler les plus grands stylistes, elle ne sait pas dessiner ni peindre, ses photographies sont souvent quelconques et aucun autre domaine n’est éclairé par un de ses dons.

Oui mais voilà, malgré tout ceci elle est l’un de nos artistes contemporaines les plus connues et surtout elle m’intéresse grave et j’ai tous ces disques. C                ‘est une image évidemment mais j’ai toutes sa productions dans ma bibliothèque.

Suite à l’exposition qu’elle avait proposée au Palais de Tokyo puis au Festival d’Avignon, Sophie CALLE revient dans les librairies avec un ouvrage proposant une partie du journal intime de feu madame sa mère.  Journal rédigé entre 1981 et 2000.

Elle s'est appelée successivement Rachel, Monique, Szyndler, Calle, Pagliero, Gonthier, Sindler. Ma mère aimait qu'on parle d'elle. Sa vie n'apparaît pas dans mon travail. Ça l'agaçait. Quand j'ai posé ma caméra au pied du lit dans lequel elle agonisait, parce que je craignais qu'elle n'expire en mon absence, alors que je voulais être là, entendre son dernier mot, elle s'est exclamée : "Enfin".

Au sommaire de notre ouvrage, des clichés vintage, de l’écriture manuscrite et les photos de la fameuse exposition du Palais de Tokyo.

Un bel hommage de l’artiste à sa mère proposé dans un livre de grande qualité.

 Un livre à posséder pour les fans et aussi pour ceux qui voudrait la découvrir car si elle ne le mérite probablement pas, son travail lui oui.

 


06/06/2015
0 Poster un commentaire

Retrospective : Landru au Musée des Lettres et Manuscrits

Blog de carlitablog :Tendance et Rêverie, Exposition Landru au Musée des Lettres et Manuscrits

Du 23 Mai au 15 Septebmre 2013

Le Musée des Lettres et Manuscrits consacre une exposition à l’illustre criminel Landru. Le parcours se fait à travers la présentation des pièces relatives à l’enquête et des éléments psychologiques qui permettent de se rendre compte de la personnalité toute complexe de notre personnage. Ce dernier étant tout aussi inquiétant qu’ultra précautionneux.

Landru -6h10- Temps Clair, l'exposition du Musée des lettres et Manuscrits qui va avoir lieu jusqu’au 23 mai au 15 septembre 2013, déroule toute l’affaire, du début de l’enquête jusqu’à la présentation au procès.

Et ce parcours à de quoi fasciner puisque Henri Désiré Landru fut un des plus importants criminels du XXe siècle. Condamné à mort pour le meurtre de onze femmes, qu’il recrutait via des annonces matrimoniales passées dans les journaux, il est étonnant de constater qu’aucun corps, ni aucune preuve, ni aucun aveu n’ont servi à prononcer cette sentence.

C’est évidemment cette particularité-là, en plus de l’étrange personnalité de cet homme, qui a porté cette affaire à la postérité. Une fascination pour le personnage ainsi que par sa façon de .faire encore aujourd’hui mystérieuse.

Tous les éléments de la traque sont présentés : les annonces dans les journaux, les pièces du procès, les photos du procès, le portrait des victimes, les notes du bourreau, les notes du commissaire Jules BELIN, le témoignage de son exécuteur Anatole DEIBLER, l’examen psychiatrique de LANDRU et même la photo de la fameuse cuisinière qui aurait servie à faire cuire ses victimes. Une vidéo finale présentant même un témoignage oral de l’affaire.

"6h10, par temps clair" sont alors les derniers mots écrits par Anatole Deibler concernant l'affaire Landru, mort un 25 février 1922, à 6h10 par temps clair.

Une exposition intéressante sur un sujet fascinant même si l'on regrette tout de même une concision dommageable pour cet événement. La salle qui accueille les expositions temporaires de ce musée n’étant certes pas grande mais tout de même.

À part ce bémol, c’est une exposition qui est à voir surtout qu’elle permet de se rendre curieux bien après.

 

 

 

 

 

Informations pratiques : Horaires : 10h-19h | nocturne jeudi jusqu'à 21h30 | fermé le lundi Tarifs : 7€ | 5€ tarif réduit Site de l'exposition Landru au Musée des Lettres et Manuscrits

 

Blog de carlitablog : Tendance et Rêverie, Exposition Landru au Musée des Lettres et Manuscrits


25/11/2014
0 Poster un commentaire

Cruz-Diez en noir et blanc à la Maison de l'Amérique latine

EXPOSITION DU 5 NOVEMBRE 2014 AU 31 JANVIER 201Cruz-Diez en noir et blanc à la Maison de l'Amérique latine

CD4

Pour faire parallèle au Mois de la Photo, la Maison de l'Amérique latine de PARIS dévoile le profond travail du photographe-peintre Carlos Cruz-Diez. Soixante-dix de ses clichés, pris à travers le monde, de Caracas à Barcelone jusqu’à Paris et New York en passant Amsterdam démontrent l'immense talent photographique du peintre vénézuélien.

Prise entre 1945 et 1975, ces photos transportent le visiteur à travers le monde, à travers les sens et surtout à travers les âmes. Les fortes sensations qui nous envahissent tout au long de parcours de cet événement sont à la limite du descriptible tant tout est fortement organique. Le choix du noir et blanc accentuant le fort chromatisme de ces œuvres.

 

D’un point de vue scénographique, la quasi perfection est encore là comme quasiment toujours en ce lieu qui ne fréquente jamais l’inutile et l’ostentatoire.

 

Une belle façon de montrer l’humanisme dans sa forme la plus géométrique. La poésie en voyage, voilà comment pourrait être qualifié le pointu travail de ce photographe aussi visionnaire que différent.

 

Il faut dire que le graphisme urbain est un style qui se prête parfaitement à ce choix non colorisé.

 

 

 

CD2 

 

Le noir et blanc démontre ici son aura et dévoile comment et pourquoi il séduit toujours un grand nombre de photographes, trouvant dans ce style une manière d’aller à l’essentiel de l’expression de leur art. Et Carlos CRUZ-DIEZ offre une sublime démonstration à cette idée évidente.

 

Carlos Cruz-Diez est l’un des principaux représentants de l’art optique et cinétique. Grand théoricien de la couleur, il en a élaboré les dernières avancées conceptuelles et ses œuvres ont bouleversé profondément le monde chromatique.

 

Une exposition à ne rater sous aucun prétexte et pour les non chanceux qui ne peuvent se déplacer à PARIS, foncez-vous intéresser aux  bouleversants travaux de ce peintre qui n’a pas fini de vous hanter encore et encore.

 

cd1

 

Informations pratiques :

 

Carlos Cruz-Diez en Noir et Blanc

 

Photographies de Carlos Cruz-Diez

 

Du 5 novembre 2014 au 31 janvier 2015

 

Maison de l’Amérique Latine (217 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris)

 

Tél : 01 49 54 75 00

 

Entrée libre du lundi au vendredi de 10h à 20h, le samedi de 14h à 18h

 

CD3

 


23/11/2014
0 Poster un commentaire

Exposition de Fritz PANZER à la galerie Alberta PANE à Paris

Pour sa première exposition personnelle en France, le sculpteur autrichien Fritz PANZER expose ses plus beaux joyaux. Spécialisé dans la sculpture en fils de fer il offre un aspect de légèreté assez incroyable à constater. Cette exposition se nomme « Doubles » et ce n’est évidemment pas pour rien tant son travail fait référence aux dessins de contour et aux dessins gestuels. Le rapport entre l’objet et le mur qui est derrière lui offre en sensation saisissante d’apesanteur.

L’expérience est d’ailleurs totalement sensorielle puisque le spectateur doit utiliser des sens qu’il n’a pas l’habitude d’utiliser lors d’une exposition artistique et notamment sa mémoire et sa reconnaissance visuelle.

La pratique de la sculpture est réinventée. D’un point de vue technique c’est aussi novateur puisque l’artiste autrichien projette les lignes de la surface du papier dans l’espace jusqu’à former un objet en 3D.

Un bien bel hommage rendu à un matériel pas souvent observé dans l’univers de la création artistique.

Le dessin encadrant cet article est une de ses œuvres les plus récentes : Pianino

 

Blog de carlitablog : Tendance et Rêverie, Exposition de Fritz PANZER à la galerie Alberta PANE à Paris


12/11/2014
0 Poster un commentaire

Exposition : Hokusai au Grand Palais

hokaf.jpg

Le Grand Palais de Paris propose, jusqu'au 18 janvier 2015, une rétrospective de l'œuvre d'Hokusai, le plus connu des peintres japonais. Sa célèbre vague bleue et ses peintures des montagnes japonaises sont forcément dans toutes les têtes dès que l’on parle de lui, mais il a produit tellement d’autres choses que cette exposition va présenter à un public le plus large possible.

hok1

Hokusai est né en 1760 à Edo, qui ne s’appelait pas encore Tokyo à l’époque, et c’est assez tôt, vers l’âge de 15 ans qu’il commença à graver des estampes afin de perfectionner au maximum, ce qui alla devenir son savoir-faire d’excellence.

hok3

Et comme il peigna toute sa vie, ce n’est pas moins 70 ans d’expérience qui sont présentés ici.

La mise en scène de l’exposition est assez classique dans sa forme, car elle présente le travail de l’artiste suivant une chronologie logique du temps. La chose rigolote à constater est de voir les différentes identités, que ce génie de la peinture a prises au fil du temps. La légende, exacte à priori, raconte que durant son parcours artistique, notre homme a évolué sous plus de 100 patronymes différents. 100 patronymes et 100 styles différents ou presque, cela vous montre  l’extrême richesse du travail produit par ce peintre et le résultat est aussi colossal qu’il en a l’air sur le papier.

Des estampes, des mangas, des dessins à l’encre, des illustrations pour livres, des planches avec des séries variées (personnages, décors, animaux, mouvements, paysages, motifs végétaux…), du travail sur de la soie, sur du papier à gâteaux, sur des panneaux de bois… ÉNORME donc.

hok4

La série des ''36 vues du Mont Fuji'' est pour moi le meilleur moment de cette exposition tant ce travail résume la touche exquise que ce génie a apportée à son domaine artistique.

Une exposition dense et intéressante qui ne s’avère néanmoins imparfaite, notamment à cause de l’absence totale des œuvres érotiques peintes par Hokusai.

À voir et plutôt plusieurs fois, car il sera difficile de tout appréhender en une seule fois au regard de l’ampleur de tâche qui va vous attendre.

Avec 528 œuvres exposées, le Grand Palais à Paris vient d’inaugurer la plus grande rétrospective de Hokusai (1760-1849) jamais présentée en dehors du Japon et le moins que l’on puisse dire c’est que jamais la poésie sous forme d’images n’a été aussi bien présentée dans lieu.

Une exposition à ne pas manquer sous peine de regrets éternels pour cet officiel, Picasso japonais.

hok2

 


17/10/2014
0 Poster un commentaire

Le Pérugin, un grand maître de la Renaissance

   rap0 

Du 12 septembre au 19 janvier, un des maitres de la Renaissance est exposé dans les murs du musée Jacquemart-André à PARIS. Le moins que je puisse dire est que cet événement m’a totalement subjuguérap2

Cette exposition envoutante raconte, via la présentation d’une cinquantaine de merveilles venues d’Italie, comment s’est faite la construction artistique de ce génie de la peinture italienne. Le Pérugin(1448-1523) adopta une nouvelle technique de peinture afin de créer un langage pictural unique.

Considéré comme l'un des plus grands peintres italiens, Le Pérugin excelle lorsqu’il aborda les thématiques de la Crucifixion, de la Vierge à l'enfant ou de l'Ascension. Il faut dire que le spectateur ne peut être que percuté de plein fouet face à ce travail tranchant. La beauté des couleurs, la finesse du trait, la perfection des volumes tout est finement divin. L’extase s’invitant dans tous les êtres s’arrêtant pour admirer absolument n’importe quelle toile de ce maitre. La thématique de la Vierge à l’enfant étant pour moi ce qui m’a transporté le plus.

Les couleurs sont si audacieuses qu’elles éclairent d’une lumière rare l’ensemble de toute cette peinture comme pour mieux définir ce qu’est la plus parfaire des illuminations.

rap5

Sa participation à la décoration de la fresque de la chapelle Sixtine où il s’occupa de la décoration de la paroi de l'autel, le poussant encore plus hautement dans les splendeurs du Panthéon de la renommée de son art. Ses chefs-d’œuvre peuvent être admirés dans la chapelle Sixtine aux côtés de ceux d’autres peintres géniaux tels que  Botticelli, de Rosselli et de Raphaël. Ce dernier ayant été son élève le plus illustre.

rap1

Et pour une fois la configuration des lieux, plutôt exigus de ce musée, apporte un plus à une peinture comme celle-ci. Il faut dire que la mise en scène est à applaudir tant l’enchainement des thèmes se fait naturellement et que ceci concerne, les formes, les contenus ou les couleurs.

Au niveau des contenus, avoir en un même lieu de tels trésors d’habitude éparpillés est un miracle qu’il faut recevoir à sa juste valeur et rien que pour ça cette exposition s’avère au-delà de l’indispensable.

La plus belle définition de la pureté, du sensible et du spirituel.

 

À ne pas manquer sous aucun prétexte, car vous rateriez beaucoup. La chose artistique de l’année 2014 c’est une certitude pour ma part.

Jouissif et enivrant, toutes ces toiles vont encore m’habiter longtemps et je ne voulais que cela.

 rap6


15/10/2014
0 Poster un commentaire