Mon monde, mon âme et le reste

Mon monde, mon âme et le reste

Agonie terminée, agonie interminable. Sur Maurice Blanchot de Philippe Lacoue-Labarthe

Blog de carlitablog :Tendance et Rêverie, Agonie terminée, agonie interminable. Sur Maurice Blanchot de Philippe Lacoue-Labarthe

Mon avis :

Le livre dont il est question ici est un peu étrange et ceci à bien des égards. Sa première bizarrerie est déjà de paraître alors que ni son auteur, ni son objet ne sont encore parmi nous.

Le projet ayant débuté avant que Lacoue-Labarthe décède, il a fallu puiser dans ses archives afin de construire, à partir de ses notes, l’ouvrage dont il est question dans ce billet.

Et une chose est à dire, merci du fond du cœur à ceux qui ont fait que ce miracle se produise.

Oui ce livre est un miracle car presque jamais dans l’histoire de la littérature, le couple intervieweur-interviewé, n’a atteint un tel degré de savoir, de sagesse, de plénitude et bien des autres.

Et ce recueil en est grandement la preuve. C’est avec un plume rare et un esprit si vif que  Lacoue-Labrthe dépeint, en six textes,  un Blanchot trop vite oublié.

Plus que de le dépeindre, il le fait vivre, il ressort des entrailles de l’oubli des propos d’entrevues, des extraits de certains colloques, des phrases extirpées de ses séminaires, des morceaux de correspondances et des brouillons de certains travaux. Les entrailles de Maurice B. sont sur le devant de la scène.

Il fait revivre le mythe en partant de son plus jeune âge via des anecdotes délicates et tendres.

Il fait revivre la période trouble de notre homme dans la période dominée par le nazisme.

Blanchot a été borderline mais a vite rectifié le tir. Et c’est toute l’étendue de la complicité d’un homme qui est présentée ici et Dieu que c’est admirable et grandiose.

Un livre qui dépasse le cadre de la simple littérature, c’est un recueil d’une profondeur délicieuse.

A lire de toute urgence avant, ensuite, de vous jeter dans l’ensemble des œuvres de l’un et de l’autre.

 

L'éditeur :

Dans « Le miracle secret », Borges imagine la mort étrange d’un écrivain praguois que la Gestapo arrête en mars 1939 et condamne, au seul prétexte qu’il est juif et qu’il a été dénoncé comme tel, à être passé par les armes. La nuit qui précède son exécution, il a rêvé que la voix même de Dieu lui accorde le temps nécessaire pour achever son travail. Le lendemain à l’aube, entre le moment où les soldats du peloton braquent leurs fusils sur lui et celui de la décharge mortelle, le temps de l’« univers physique » est comme suspendu : l’écrivain remanie et accomplit en secret son « œuvre », à jamais pourtant inachevée.

À la considérer sous l’angle de son ultime « récit » publié, L’Instant de ma mort, et d’un énigmatique fragment « autobiographique » antérieur, « (Une scène primitive ?) », on est peut-être en droit d’estimer que le conte de Borges emblématise assez bien l’œuvre « désœuvrée » de Blanchot, tout entière écrite ou réécrite, achevée inachevable, dans le temps incommensurable qui sépare le 20 juillet 1944, date à laquelle il faillit être fusillé par les nazis (ou telle journée de l’hiver 1914 ou 1915, qui fut celle d’une extase enfantine), et la mort désormais survenue le 20 février 2003 : le temps atemporel de l’agonie native et de la mort immémoriale, « impossible nécessaire », qui aura autorisé la dernière méditation de celui qui avait interrogé sans relâche la Littérature ou l’Écriture dans sa possibilité même.

Ce livre tente de proposer une lecture de ces deux textes. Plus exactement, il les interroge pour mettre à l’épreuve ce qui, à travers la hantise du « mourir », s’est joué quant aux catégories majeures de la fiction et du mythe, du testimonial et du testamentaire, de l’aveu et du secret, de la non-présence à soi et du retrait, de l’autre (éthique) et de l’être-ensemble (politique), etc. Mais surtout quant à ce qu’il faut bien se résoudre à nommer l’écriture posthume de Blanchot.



13/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 203 autres membres